Du Polar et de l'Histoire : le blog de Pierre Mazet

Du Polar et de l'Histoire : le blog de Pierre Mazet

L’affaire Cadiou : l’au-delà au service des enquêteurs.

https://static.blog4ever.com/2016/09/822431/464a5-cadiou-bnf-gallica.jpg

 

 

 

En 1922, le juge d’instruction François Richard avait, dans l’affaire « du corbeau de Tulle » (voir https://www.pierre-mazet42.com/croassements-meurtriers-au-dessus-de-tulle), organisé une séance d’hypnose pour tenter d’obtenir des témoignages. Cela lui avait valu les railleries de la presse et les foudres du pouvoir. Pourtant, dans l’histoire de la criminologie de la première moitié du XXème siècle, il n’était pas le premier à avoir eu recours à ce genre de méthode. En 1914, à l’aube de la guerre, la disparition de Louis Cadiou, industriel breton, donna son heure de gloire à Madame Camille, qui se qualifiait de « somnambule ».

 

Du bruit dans Landerneau. 

 

Au début du XXe siècle, engagée dans une compétition militaire avec l’Allemagne qui devait déboucher sur la Première Guerre mondiale, la France se couvre d’usines d’armements. A côté de Landerneau, l’usine de Grand Palud se spécialise ainsi dans la fabrication de cotons, utilisé dans les obus et les explosifs. A la tête de cette usine, se trouve Louis Cadiou, ancien avoué de Morlaix. La charge de travail n’est pas écrasante. D’ailleurs, il ne réside à Landerneau. Il habite Paris en compagnie de son épouse. Cadiou ne visite que rarement l’usine. La direction effective est assurée par le directeur technique, l’ingénieur Louis Pierre. A la fin de l’année 1913, Cadiou se rend à Landerneau pour boucler les comptes annuels et rendre visite à ses nombreux amis et parents résidant dans le nord du Finistère. Il n’envisage qu’un court séjour puisqu’il assure à son épouse : « je serai là au plus tard le 31 décembre au matin par l’express de nuit ». Mais le 31, elle ne le voit pas arriver. Un premier télégramme reste sans réponse. Un second message envoyé, cette fois, à l’ingénieur Pierre reste lui aussi sans écho. Dès lors, madame Cadiou se persuade que son mari a été assassiné. Elle fait part de ses angoisses à Émile Cloarec (1858-1914), député du Finistère et ami de la famille, qui prévient la Sûreté générale qui met deux inspecteurs à sa disposition. C’est le début d’une affaire qui a fait les gros titres de la presse pendant plusieurs mois. Les gendarmes fouillèrent en vain les bois proches de l’usine ; en vain, ils sondèrent l’Elorn. Toutes les pistes furent explorées : accident, crime, suicide, fugue, mais durent être abandonnées les unes après les autres. Comme l’écrivait le journaliste du Matin du 13 février : « Chacun, de ses déductions, tire une conclusion. Toutes peuvent être vraies, mais aucune ne peut être étayée sur un mobile vraisemblable ». Les enquêteurs n’avaient recueilli que des témoignages contradictoires sur la présence, ici ou là, de Louis Cadiou, après le 29 décembre et des rumeurs. Ainsi, Louis Cadiou aurait été, en France, l’homme de paille d’une société allemande, Teiming et Falen-Marck, qui aurait trouvé, par-là, le moyen d’écouler ses produits, frelatés, dans l’armée et la marine françaises (L’Œuvre, 23 décembre 1909),. On attribuait, à la mauvaise qualité des poudres la catastrophe du cuirassé Iéna, qui, le 12 mars 1907, fut détruit par une explosion due à l’inflammation spontanée de la poudre B, faisant plus de cent victimes, ainsi que celle du cuirassé Liberté, le 25 septembre 1911 (400 victimes).

Louis Cadiou avait été, d’ailleurs, mais pour d’autres motifs, frauduleux, exclu de la liste des fournisseurs de guerre. Ainsi, son frère, Jean-Marie Cadiou, pouvait-il se croire fondé à affirmer que l’industriel avait été victime d’une vengeance.

Cependant, bien que l’enquête se poursuivît activement (ce fut une des premières interventions de la 13e brigade mobile, créé en août 1911), elle piétinait. 

 

L’au-delà au secours des enquêteurs.

 

Pour tenter de faire face au désarroi familial, causé par cette disparition, la belle-sœur du frère de madame Cadiou se rend à Nancy pour y consulter une célèbre somnambule (Madame Camille), qui aurait donné à une famille en deuil la clé d’une tragique énigme. C’est une certaine madame Sainby qui se chargea d’aller l’interroger. Endormie par sa marraine, elle fit la déclaration suivante :

 

« M. Cadiou a été tué près de son usine. Il y a deux assassins, l’un grand, barbu et châtain, l’autre plus petit. Ce dernier faisait le guet pendant que son compagnon, après avoir fait tomber M. Cadiou à l’aide d’une corde, l’assommait. Le premier coup a été porté à la tête, à gauche. Cherchez aux environs, à droite du moulin, près de l’eau, mais dans les bois. Le corps est sous très peu de terre. »

 

Ses propos furent transmis immédiatement à madame Cadiou. Cette dernière convaincue, que la justice ne prendrait pas au sérieux cette déclaration, chargea son beau-frère (Jean-Marie Cadiou) de faire procéder à de nouvelles recherches. Jean-Marie se met aussitôt en campagne. Voici le récit qu’en fait le journal « Le Matin » du 5 février : 

 

« Il fouilla tous les buissons voisins du moulin et notamment les bois de M. Vacheront, maire de La Forest. Vers dix heures, il arriva dans un étroit sentier encaissé entre deux talus et aboutissant à un ruisseau. Écartant avec son bâton les branches de houx et de genêts, il arriva au pied d’un orme où la terre lui parut avoir été remuée depuis peu. Le cœur battant, il gratta avec l’extrémité de son bâton, découvrit un morceau d’étoffe et, pour aller plus loin, employa cette fois les ongles. Le malheureux reconnut bientôt le veston que portait son frère. Alors, il courut au moulin, ramena le contremaître de l’usine et c’est ce dernier qui, avec les mains, mit à jour le corps de son patron. »

 

C’est ainsi qu’après 34 jours de recherche, on découvrit le corps de Louis Cadiou. Le procureur de la République dépêcha sur les lieux, avec le juge d’instruction et un médecin-légiste, un gendarme qui déclara : « Je ne croyais pas à l’hypnotisme jusqu’ici, mais m’y voici converti bien sincèrement. »

 

Mais, qu’a donc vu la voyante ?

 

Si le gendarme accorde une confiance sans faille aux dires de la voyante, ce n’est pas le cas de nombre de journalistes. Ainsi L’Est républicain du 6 février écrit : 

 

« Personne ne peut croire à la double vue d’une somnambule en pareille occurrence. » 

 

Alors qu’un ingénieur, Louis Pierre, directeur technique de l’usine de la Grand’ Palud était arrêté, puis inculpé d’assassinat, il formulait l’hypothèse que « l’histoire de la somnambule est un stratagème employé par la famille, afin de soustraire à des représailles le dénonciateur de l’ingénieur Pierre » qui aurait touché 2 000 francs promis par Mme Cadiou à la personne qui découvrirait le corps de son mari et désirait garder l’anonymat.

Dès lors, madame Camille devint la gloire de Nancy. Elle eut les honneurs de la presse et du cinématographe. Le nombre de ses clients augmenta ainsi que ses tarifs. Un agent de police de Pont-à-Mousson pouvait regretter, auprès de Ludovic Chave, journaliste de L’Est républicain (15 février), qu’on ne recourût pas plus souvent aux sciences occultes dans les affaires criminelles : 

« Ainsi nous avons épuisé en pure perte de temps et d’argent tous les moyens de prouver la culpabilité d’un individu sur qui, il y a deux ou trois ans, pesaient les plus lourdes présomptions ».

Il y avait, des non-convaincus, des sceptiques, des incrédules. Un journaliste (Le Matin, 10 février), recueillit l’opinion d’Hippolyte Bernheim (https://fr.wikipedia.org/wiki/Hippolyte_Bernheim). Celui-ci déclara : « Je me rappelle parfaitement avoir souvent assisté à des expériences du professeur Liébeault, au cours desquelles on endormait la petite Camille, alors âgée d’une quinzaine d’années.  Je l’ai toujours considérée comme un sujet se prêtant facilement, et avec sincérité, aux nombreuses expériences scientifiques que nous faisions alors ; je n’ai cependant jamais observé, chez elle, de phénomènes merveilleux. Je n’ai, d’ailleurs, jamais pu obtenir, au cours de ma longue carrière, de phénomènes de vision à distance ni de divination.»

 

Mais que devient l’enquête ?

 

En dépit de la faiblesse des charges qui pèsent contre lui, l’ingénieur Pierre est arrêté et inculpé car le juge s’instruction est persuadé de sa culpabilité. Il fallut une injonction du parquet pour qu’il fut remis en liberté au bout de 110 jours, mais il restait inculpé. La guerre, qui arriva, empêcha la tenue du procès. Louis Pierre, mobilisé rejoignit son régiment. C’est le 23 septembre 1919, que le procès s’ouvrit devant la cour d’assises de Quimper, et qu’on assista au retour de madame Camille. Le journaliste « du Matin », qui n’a rien perdu de sa verve, la qualifie de « Sherlock Holmes de l’au-delà ». Voici une partie de son interrogatoire :

 

« Quelle est votre profession ? demande le président.

 

-       Somnambule !

-       De quoi vous occupez-vous principalement ?

-       Je ne travaille que dans la recherche de l’assassinat.

-       Depuis quand exercez-vous cette profession ?

-       Il y a si longtemps que je ne m’en souviens plus.

-       Vous rappelez-vous l’entrevue que vous avez eue avec Mme Sainby ?

-       Tout ce que je puis vous dire, monsieur le président, c’est que c’est ma marraine, comme d’habitude, qui m’a endormie. Quand je me suis réveillée, j’avais des larmes pleins les yeux. Mais je ne me souviens jamais de ce que j’ai vu en état de sommeil. Je ne sais si ce sont mes propres révélations que ma cliente m’a racontées.

-       Personne ne vous a fourni des renseignements sur le crime de la Grand’ Palud ?

-       Oh ! personne. »

Le président ne poussa pas plus l’interrogatoire.

 

Épilogue.

 

L’évènement mobilisa tant la presse régionale que nationale, d’autant que l’accusé était défendu par Henri Robert, surnommé « le maître des maîtres de tous les barreaux ». Le ténor n’avait pas usurpé sa réputation : Louis Pierre est acquitté, le 1er novembre 1919, sous les ovations du public. Et à ce jour, le meurtre de Louis Cadiou n’a toujours pas été résolu ! Madame Camille tomba dans l’oubli et ne fit plus parler d’elle. 

 

Pour en savoir plus :

 

https://fr.calameo.com/read/002603450988b4dea699f

 

 

Cliquez ici pour télécharger l'article.

 

cadiou.pdf

 

 

 


15/09/2021
0 Poster un commentaire

Chroniques stéphanoises

En tant que passionné de cette ville, j'ai entrepris de raconter Saint-Etienne. Je n’avais pas pour ambition d’écrire la chronologie de Saint-Etienne, de nombreux historiens talentueux l’ayant fait avant moi. Le but de ce livre était simple : donner au lecteur la courte histoire d’un lieu, d’un personnage ou d’un événement ayant marqué la ville. Ce livre qui rassemble ainsi une quarantaine de chroniques, permettra aux Stéphanois, aux habitants de la Loire et aux curieux, de découvrir et de contempler cette ville avec un regard plus affûté. 

 

1566489450_AfETwDKH4LhRaxEgWaRm.jpg

 

 

Pour l'acquérir :

 

 

http://www.les-passionnes-de-bouquins.com/catalogue/mazet/#/ 


21/08/2021
0 Poster un commentaire

Manaus : au cœur des mythes amazoniens.

istockphoto-1094219842-1024x1024.jpg

 

Depuis le seizième siècle, l’Amazonie fait partie de l’univers fantasmé des Européens. L’Eldorado, les rivières qui charrient des pépites, les Amazones, les terribles indiens qui, tapis dans leur pirogue, attendent le missionnaire pour lui lancer une flèche mortelle imbibé de curare, constituent des mythes pour écrivains en mal d’exotisme. Pourtant, dans les années 30, les travaux des anthropologues ont permis d’éclairer la richesse de la civilisation amérindienne qui entretient un rapport au vivant bien différent du nôtre. L’Amazonie n’apparait plus comme un sanctuaire naturel et inviolé depuis des siècles. Depuis 13 000 ans, des hommes l’ont façonnée, l’ont exploitée à leur manière tout en préservant un réservoir du vivant qui n’a pas son égal sur la planète. Si la déforestation menace en partie l’Amazonie, son intégration poussée dans l’économie mondiale commence à la fin du XIXème siècle. Mais, ce n’est pas l’or qui allait faire sa fortune, c’est le caoutchouc. Manaus, située sur l’Amazone, à 1300 km (à vol d’oiseau) de Belem, allait connaitre un développement fulgurant grâce au commerce de cette précieuse matière, au point de ressusciter le mythe de l’Eldorado. 

 

Durant deux siècles : une cité de cabanes.

 

A l’origine, la cité est modeste. Il s’agit d’un simple un point d'appui, établi en 1657 au terme d'une expédition portugaise menée par Bento Maciel Parente pour prendre possession de toute la région ; consolidé en 1669 par un fort. Son nom vient d'une tribu indienne belliqueuse dénommée « Manao », qui effraya les colonisateurs durant de longues années. Le site est situé à la convergence du réseau hydrographique amazonien. Durant les deux siècles qui s'écoulent des origines à la fin du XIXème siècle, la cité demeure une bourgade, faite de cabanes et de masures, plutôt qu'une capitale provinciale, à peine marquée par l'émergence de trois ou quatre édifices. Mais, avec l’apparition et l'essor de la bicyclette, puis de l'automobile, la demande internationale de caoutchouc amazonien explose à partir des années 1850. La mise au point de la vulcanisation par Goodyear en 1839, l'invention du pneu à valve par Dunlop en 1888, puis celle du pneu démontable par Michelin en 1892 contribuent également au boom. Le destin de Manaus va alors changer. 

 

La fièvre du caoutchouc.

 

Au milieu du XIXème siècle, Charles de la Condamine est le premier Européen à décrire l’hévéa : 

« Il croît dans la province d'Esmeraldas un arbre appelé hévé. Il en découle par une incision une liqueur blanche comme du lait qui se durcit et se noircit peu à peu à l'air. (...) Les Indiens Maya nomment la résine qu'ils en tirent cahutchu, ce qui se prononce caoutchouc et signifie l'arbre-qui-pleure. »

Depuis des siècles, les Indiens l’utilisent. Les  Omagua se servent du caoutchouc pour créer des seringues et des canules qu'ils remplissent d'un narcotique inhalé. Grâce aux innovations techniques successives, les usages du caoutchouc se multiplient. On s'en sert pour la fabrication de la balle du jeu de paume chez les Apinayé et les Guarani, pour garnir les mailloches des tambours d'appel dans le haut Orénoque, calfater les pirogues, fabriquer des bottes ou des récipients en moulant le latex. En Europe, le premier usage sera la gomme à effacer, invention du physicien Prestley. Mais, l’exploitation raisonnée du caoutchouc par les Indiens, ne pouvait satisfaire l’appétit grandissant de l’ogre industriel occidental. Dès 1870, les pionniers de la collecte du caoutchouc tentent de s'organiser pour en assurer la commercialisation.  Ils se taillent de vastes fiefs dans des régions vierges de toute colonisation, mais riches en hévéas et traversées par des rios. Les cours d'eau sont bientôt équipés de comptoirs d'exploitation (barracas), d'embarcadères à caoutchouc et sillonnés de navires. En quelques années, une poignée d'entrepreneurs sans état d'âme contrôle la collecte à grande échelle, puis l'exportation d'un produit devenu hautement spéculatif. Les barons du caoutchouc les plus célèbres se nomment Antonio Vaca Diez, Nicolas Suárez, Julio César Araña, Carlos Fitzcarrald

- Dès les années 1870, Antonio Vaca Diez se taille un vaste domaine dans le Beni, exploitant les forêts riches en hévéas des rives du rio Orton et du Madre de Dios. Parti chercher fortune dans la forêt, Carlos Firmin Fitzcarrald parvient, par persuasion ou tromperie, à disposer d'une main d’œuvre considérable (des Indiens Campas Piros, Conibos, Amahuacas, Cashibos) et à se tailler un vaste domaine dans l'Ucayali, l'Urubamba, le Madre de Dios au sud.  Dans sa quête du latex, Fitzcarrald fait œuvre d'explorateur en découvrant un passage permettant l'ouverture d'une route plus courte et directe du bassin du Madre de Dios à celui de l'Amazone (l'isthme de Fitzcarrald). Nicolas Suárez, le « colosse bolivien », possède un immense empire caoutchoutier de 10 millions d'hectares répartis entre la Bolivie, le Brésil et le Pérou. Ses bateaux ont l'exclusivité des transports sur le Madeira et le rio Beni qu'il exploite grâce à un chapelet de relais et comptoirs. Il dispose également de représentations commerciales à Manaus, Belem, Londres. Cette situation lui permet de prélever des taxes et des droits d'entrepôts sur les cargaisons des concurrents. Originaire de Rioja, en pleine Selva du Haut-Pérou, Julio Cesar Araña débute comme vendeur ambulant de chapeaux. Par son travail, un sens des affaires indéniable et surtout une absence totale de scrupule, il parvient à créer un véritable empire centré sur le Putumayo, une région isolée du Pérou, revendiquée par la Colombie, sans police ni justice autre que la sienne. A la tête de quarante centres de collecte de caoutchouc, organisés en deux distritos (La Chorrera et El Encanto), Araña exploite 30 000 Indiens (Bora, Ocaïna, Andoke, Huitoto). 

Les profits engrangés sont immenses, ce qui incite les rois du caoutchouc à se disputer âprement le contrôle des terres riches en hévéas. Les magnats de la gomme ont aussi partie liée. Ainsi Vaca Diez, Carlos Fitzcarrald et Nicolas Suárez, n'hésitent-ils pas à s'associer afin de faire fructifier leurs affaires. 

 

Au prix de la vie des Indiens.

 

Pour recruter la main d’œuvre indispensable à l'exploitation des hévéas, tous les barons se dotent de milices chargées de traquer les Indiens au cours de terribles razzias. Celle d'Araña est composée de Noirs de la Barbade armés de Winchester. Le système d'exploitation du caoutchouc repose donc sur l'asservissement des autochtones et les violences quotidiennes (châtiments, mutilation, affamement). La fortune des barons repose sur le travail des seringueiros. Devenir seringuero durant la fièvre du caoutchouc était un chemin sans retour celui de la promesse d’une vie meilleure qui s’effaçait au fil des semaines et des mois passés dans les plantations. Entre les mains des barons du caoutchouc, les travailleurs se retrouvent pris au piège. Ils furent tout d’abord missionnés pour exterminer les populations indigènes des plantations. Le baron faisait ensuite construire à l’endroit de leur village détruit, le « barracão », le siège de la plantation d'hévéas. Dans la plupart des exploitations de gommes, l'instauration d'un régime d'esclavage est la norme. En 1895, le père Ducci, en visite dans une mission, relate la triste condition des autochtones du Beni: « Ils vivent aujourd'hui sous l'oppression d'une race qui, après les avoir réduits à la misère, les arrache à leurs familles pour les faire mourir dans les gomales perdus du Beni. »  

Les collecteurs de caoutchouc restent en moyenne 15 jours dans la forêt. Pour s'assurer qu'ils reviennent bien à la barraca avec l'indispensable latex, les responsables des centres d'exploitation retiennent en otage femmes et enfants dont ils disposent à discrétion, pour le service domestique ou les appétits sexuels. Le travail à fournir s'avère pénible, obsédant, continu. La journée de travail est de douze heures. Il faut à un bon collecteur quatre journées de travail continu pour obtenir, par saignée puis ébullition lente de la sève récoltée, une boule d'un kilogramme de caoutchouc frais. Aux tâches de collecte et de conditionnement s'ajoute l'obligation du portage jusqu'à la barraca. De retour au comptoir au bout de deux semaines, le seringuero fait peser sa gomme sur des balances, généralement truquées. Comme les chefs de comptoirs reçoivent des commissions sur le caoutchouc collecté, ils exigent toujours plus de latex afin d'augmenter leurs gains.  Lorsque le quota de caoutchouc à rapporter n'est pas atteint, les seringueiros ou leurs familles sont punis.

 

Manaus : le Paris amazonien. 

 

Manaus, par sa situation géographique, voit passer l’essentielle de la production de caoutchouc amazonienne. L’ancienne cité de cabanes, qui comptait péniblement 4000 habitants en 1840, en recense plus de 50 000 en 1910. L’argent coule à flots. Des baronnies d’affaires se forment. Près de 1 500 navires de haute mer se succèdent annuellement. Pour les accueillir, le port est doté des premiers quais flottants au monde, le niveau de l’Amazone variant de plus de dix mètres. Elle est aussi la première ville au monde à être totalement électrifiée, à avoir un tramway électrique, l’eau courante et le tout-à-l’égout dans toutes les maisons, une des premières à avoir son réseau téléphonique. On y construit des palais, un marché, copie conforme des pavillons Baltard, un immeuble de la douane baroque et surtout, un opéra de 700 places, O Teatro Amazonas. Les matériaux utilisés lors de la construction du théâtre de Manaus proviennent, pour une grande partie, de l’Europe. La délicatesse des travaux des experts européens est réputée et dès lors, tous lorgnent dessus. Ainsi, les tuiles utilisées pour la toiture proviennent directement d’Alsace alors que le mobilier lui, est parisien. Le marbre, pour sa part, a été importé d’Italie. Ce dernier se retrouve dans les escaliers principaux ainsi que dans les colonnes et les statues trustant l’entrée et les couloirs du théâtre. Enfin, l’acier utilisé afin de solidifier l’intérieur des murs est anglais. À cela, s’ajoutent les quelques 198 lustres importés eux aussi d’Italie ainsi que de superbes rideaux signés de la main de Crispim do Aramal, artiste installé à Paris. Un travail d’orfèvre que les premiers visiteurs pourront découvrir au soir du 31 décembre 1896, lors de l’inauguration officielle du théâtre. Une légende tenace veut que Sarah Bernard et Enrico Caruso y aient donné des représentations, mais cela reste probablement une légende, une de plus ! Mais, aux côtés de cette ville luxueuse, vit la population qui a créé sa richesse. L’afflux de populations pauvres a donné naissance à de vastes bidonvilles dans les terres inondables.

 

Plus dure sera la chute. 

 

Puis, tout s’arrête après 1910, à cause du premier acte de biopiratage de l’histoire. Profitant de l’euphorie généralisée, un perfide sujet britannique, dénommé Henry Alexander Wickham, se constitue un stock de 70 000 graines d’hévéa qu’il parvient à expédier en Angleterre en contrebande. Elles serviront à créer les premières plantations en Malaisie. Ce latex cultivé, et non plus de cueillette, provoque une chute vertigineuse des cours. A Manaus, c’est la gueule de bois. Un demi-siècle s’est écoulé quand, contre toute logique économique, le régime militaire décide de créer en 1967 une zone franche. Le projet réussit et Manaus renoue avec la frénésie du début du siècle passé. Plus de 450 entreprises parmi lesquels Samsung, Nokia, Toshiba, Suzuki, emploient plus de 50 000 personnes qui montent à la chaîne motos, vélos, réfrigérateurs frigos, gazinières, montres, ordinateurs, appareils photo. Le vieux centre de l'ère du caoutchouc s'est mué en souk où l'électroménager se vend presque au kilo sur lequel règnent des Indiens d'Inde et des Arabes syro-libanais. Et quand, à Bogotá, Santiago, Lima ou Buenos Aires, on acquiert un micro-ondes, un téléviseur, il est à coup sûr estampillé « Made in Manaus, Brazil, zona franca ».

 

Pour en savoir plus :

 

Les collections de l’Histoire : Juillet 2021

Jean-Baptiste Serier: "Histoire du caoutchouc", Editions Desjonquères, 1993.

 

Cliquez ici pour télécharger l'article

 

Manaus.pdf

 

 


09/08/2021
0 Poster un commentaire

Eugène Jamot : combattant de la maladie du sommeil.

https://static.blog4ever.com/2016/09/822431/5f47e8cec5bf9_jamot-4975730.jpg

 

 

Dans l’Afrique noire colonisée de la première moitié du XXème siècle, la maladie du sommeil sévit de manière endémique. L’OMS définit la maladie du sommeil de la façon suivante : « La maladie du sommeil, ou trypanosomiase humaine africaine, est une maladie tropicale très répandue qui peut être mortelle en l’absence de traitement. Elle est transmise par la piqûre d’une mouche tsé-tsé infestée (genre Glossina), espèce indigène sur le continent africain. ». Dans ses colonies, la France développe des services médicaux pour les troupes et d'assistance médicale (AMI) pour les «indigènes ». Ces services sont gérés par des médecins du Corps de Santé Colonial, organe créé en 1903 pour assurer les services de médecine et de santé publique dans les colonies françaises. Certains de ces médecins sont devenus de « grandes figures » de la médecine en général et de la médecine dans les tropiques en particulier. Ces « grandes figures » de la médecine coloniale française, sont souvent évoquées pour glorifier l'œuvre sanitaire de la France dans ses colonies. Parmi elles, figurent Albert Calmette (voir https://www.pierre-mazet42.com/les-destins-opposes-des-freres-calmette), co-découvreur du bacille de la tuberculose et fondateur du premier Institut Pasteur d'outre-mer, Yersin, découvreur du virus de la peste et fondateur de l'Institut Pasteur de Nha-Trang au Vietnam. Eugène Jamot, qui s'illustra dans la lutte contre la maladie du sommeil, fait aussi partie de ce Panthéon.

 

Eugène Jamot : de la Creuse au Cameroun. 

 

Léon-Clovis-Eugène Jamot est né le 14 novembre 1879 à La Borie, dans la commune de  Sulpice-lès-Champs dans la Creuse. Son père Jean est agriculteur et accessoirement aubergiste. Sa mère espère qu'il reprendra les terres familiales. Le jeune homme, élève brillant, sera poussé par son instituteur vers les études. Scolarisé dans le secondaire à Aubusson, Jamot est bachelier à Clermont-Ferrand. Il réussit facilement sa licence ès-Sciences Naturelles à la faculté des Sciences de Poitiers en juillet 1900, et se dirige vers l'enseignement comme le souhaite son père. Il débute dans la vie comme instituteur à Ben-Aknoun (Algérie) puis répétiteur au Lycée d'Alger de 1902 à 1905. Il s'inscrit à la Faculté de Médecine d'Alger en octobre 1902 puis à la Faculté de Médecine de Montpellier en octobre 1905 devant laquelle il soutient sa thèse de Doctorat en Médecine en juin 1908. Pendant son séjour à Ben-Aknoun, Jamot avait fait la connaissance d'un certain Salasc avec qui il était demeuré en contact. Salasc lui écrit que s'ouvre un concours pour le recrutement de médecins militaires. Eugène Jamot passe le concours d'entrée, il est reçu troisième au concours de sortie. Ce classement lui octroie le privilège de se prononcer sur son lieu d'affectation. Il choisit le bataillon du Tchad. En juin 1913, il rentre en France avec une première citation militaire. L'été suivant, il accomplit un stage à l'Institut Pasteur de Paris au terme duquel, il est nommé sous-directeur de l'Institut Pasteur de Brazzaville. Il rejoint son poste en juillet 1914. Le 2 août, la guerre éclate, il est mobilisé. A la fin des combats, il regagne Brazzaville et prend la direction de l'Institut Pasteur mais ne reste pas longtemps à ce poste. En brassant les populations, la guerre a entraîné une recrudescence de la maladie du sommeil dans toute l'Afrique Équatoriale Française (AEF). Le gouverneur général a l'idée de réunir le Conseil colonial d'hygiène pour élaborer les modalités d'une lutte efficace. Eugène Jamot en est le rapporteur. Quelques mois plus tard, suivant les recommandations de ce conseil, un arrêté établissant les mesures de prophylaxie à appliquer dans toutes les colonies de l'AEF est publié. Eugène Jamot est chargé de mettre en application les nouvelles dispositions et l'Oubangui- Chari[1] est choisie comme champ d'expérience. L'Oubangui-Chari était une colonie pauvre et Jamot doit se débrouiller pour rassembler le matériel et le personnel nécessaires. Pour remplir sa mission, deux réservistes européens et sept auxiliaires « indigènes » avaient été mis à sa disposition. Aucun d'eux n'avaient la moindre notion technique du service qui les attendait. Après un stage à l'Institut Pasteur, sous la direction de Jamot, ils furent chacun capable de faire correctement les manipulations que comportaient le diagnostic et le traitement de la maladie du sommeil, de surveiller et de diriger, pour les réservistes européens, le travail des auxiliaires « indigènes ». En ce qui concerne le matériel, pendant plus d'un an, il fut restreint. En plus de deux microscopes en mauvais état auxquels s'ajoutait le microscope personnel d'Eugène Jamot, l'équipe disposait de deux centrifugeurs, six seringues prêtées par l'Institut Pasteur et quelques kilogrammes d'atoxyl[2], pour le traitement des malades. En 22 mois, d'août 1917 à mai 1919, malgré l'effectif et le matériel restreints, Eugène Jamot et son équipe visitent tous les villages du secteur. Ils dépistent 5 347 malades sur 89 743 « indigènes » examinés. Ils maîtrisent les foyers épidémiques, obtiennent une baisse totale de 65 % du chiffre total des décès par trypanosomiase dans l'ensemble de la population. En réduisant la « masse de virus en circulation »dans les proportions variant de 54 à 90 %, ils arrivent à restreindre les risques de contamination nouvelle. Devant ces résultats, qui dépassent les espérances, les secteurs de prophylaxie se multiplient dans toute l'AEF, le modèle de l'Oubangui Chari servant de référence et Jamot est invité à poursuivre la lutte entreprise au Cameroun qui vient alors d'être placé sous mandat de la France. 

 

Au Cameroun, le « réveil d'une race qui allait périr [3]».

 

Jamot s'attache désormais à prospecter au Cameroun. C'est en 1920 qu'il met au point et codifie la méthode de lutte contre cette maladie. Il fait appliquer dans un système codifié des plans d'intervention permettant de mettre en place une médecine de masse. Il comprend que pour éradiquer le trypanosome des populations, il faut aller chercher le parasite là où il se trouve, c'est à dire dans la brousse au bout de la piste. Les sommeilleux, affaiblis, sont incapables de rejoindre les postes médicaux et meurent dans leur village. Il invente la médecine mobile en lui donnant des fondements et pose les postulats qui lui ont survécu :

- examen systématique de toutes les populations

- schéma standardisé de diagnostic

- traitement immédiat. 

 

Il applique sa méthode au foyer du Haut-Nyong de 1922 à 1923. Il trouve 33.537 trypanosomés, soit 29,7% de la population. Il prospecte le nord du Cameroun, de septembre 1923 à février 1925, entre Logone et Chari (214 villages contaminés, 29.366 habitants visités, 1.948 malades dépistés et traités). A force de prospecter, il se rend compte que la maladie a largement débordé le secteur du Haut-Nyong ; il trouve des « sommeilleux » même aux abords de la capitale du territoire, Yaoundé. Chargé de réaliser « l'assainissement » complet du Cameroun, la mission est dotée de moyens et de personnel. Là où on avait par exemple 116 infirmiers indigènes en AEF pour une superficie de 1 196 000 Km2, on en avait 300 au Cameroun, pour une superficie de 130 000 Km2. La mission était indépendante de l’autorité médicale du territoire, « pouvant s'affranchir comme la glossine et le trypanosome, des frontières administratives ».  Le chef de la mission avait été doté des pouvoirs administratifs, lui permettant de faire appliquer toutes les mesures et règlements sanitaires. Après six années de ce travail ininterrompu, la maladie du sommeil est déclarée vaincue au Cameroun. Le ministre des Colonies supprime la mission et lui substitue un service de prophylaxie de la maladie du sommeil. Cette même année 1931, se tient l'Exposition Coloniale de Paris. Le film « la mission Jamot au Cameroun » popularise l'œuvre accomplie ; Jamot devient un homme connu. Sacré « vainqueur de la maladie du sommeil », il reçoit le prix de physiologie thérapeutique de l'Académie des sciences, le prix Marie Laurent de l'Académie des sciences morales et politiques, l'Académie des sciences coloniales le nomme membre correspondant permanent. Son nom est même murmuré pour le Prix Nobel de médecine. Eugène Jamot fait des conférences devant des ministres, se crée des relations dans le monde politique et littéraire. Journalistes et écrivains le font connaitre par quelques articles. Il n'aura manqué à sa gloire que le coup de projecteur des médias de l'époque » qui lui préfèrent Albert Schweitzer.

 

Une journée avec Jamot : dépister, isoler, tracer . 

 

Etienne Montestruc, dans son livre consacré à Jamot, raconte avec précision une journée de travail des équipes anti-trypanosome.

« Avant le lever du soleil, un coup de sifflet strident interrompt le silence régnant sur le village encore endormi.  C'est le chef d'équipe qui sonne le réveil des infirmiers. Le tam-tam appelle ensuite la population à la visite médicale. Les habitants s'assemblent sur la place du village, puis sont regroupés par sexe et par âge. L'écrivain interprète de l'équipe inscrit le nom de tous les habitants et en face de chaque nom, un numéro d'ordre. Pendant ce temps, le médecin procède à la vaccination variolique et enregistre, pour établir la nosologie du pays, les maladies apparentes. Puis, en file indienne, les « indigènes » prennent la direction du laboratoire. Le « triage des suspects » s'effectue en recherchant les ganglions cervicaux ou en tenant compte des signes cliniques de la maladie tels que l'anémie, l'amaigrissement, la bouffissure des paupières, etc. Les suspects sont inscrits sur un registre à double feuille, dont on détache la feuille mobile qui est envoyée au chef de laboratoire, lequel appelle les malades et les envoie à l'examen. Une ponction des ganglions cervicaux est réalisé́ pour chacun des malades, le suc recueilli est disposé sur une lame et remise à un observateur microscopique. Lorsqu'il n'existe pas de ganglions cervicaux, que les ganglions ne peuvent pas être ponctionnés ou que l'examen du suc ganglionnaire ne révèle aucun trypanosome, il est procédé à une prise de sang en goutte épaisse, mais l'examen microscopique ne sera pratiqué qu'après celui des ponctions ganglionnaires. Pendant ce temps, tout en allant de temps en temps vérifier le diagnostic microscopique des examinateurs, le médecin poursuit sa consultation médicale générale. Une fiche et un dossier médical sont constitués pour chacun des malades qui seront soignés par l'équipe de traitement au même titre que les sommeilleux. Lorsque les examens microscopiques se terminent, les malades sont nominativement appelés, affection par affection, alignés par sexe et par âge, afin de faciliter l'administration du médicament spécifique. La dose thérapeutique de ce médicament est inscrite à la craie blanche sur la poitrine de chacun ; ils passent alors à l'équipe de traitement. A la fin de la journée de travail, chacun regagne sa case, puis, la nuit arrive c'est l'heure nostalgique celle où la solitude pèse le plus. Demain sera absolument semblable à aujourd'hui, jusqu'à ce que la région soit entièrement prospectée. »

 

L’affaire tourne mal. 

 

Malheureusement, en 1931, une erreur médicale commise trois ans plus tôt par un de ses collaborateurs va avoir des conséquences fâcheuses pour Jamot alors qu'il vient de repartir au Cameroun renforcer sa mission permanente. A Bafia au Cameroun, en 1928, l’administration par un jeune médecin de tryparsamide à des doses trop élevées, avait conduit à la cécité de 700 sommeilleux. En apprenant la chose mais mal informé, le sous-secrétaire d’Etat aux Territoires d’Outre-Mer rend Jamot responsable de cette erreur médicale et annule sa nomination pour le Cameroun. Débarqué à Dakar le 22 novembre 1931, blâmé, Jamot est mis aux arrêts de rigueur. Son désespoir est immense comme en atteste les extraits de cette lettre du 3 février 1932.

 

 « Le monde est dominé par l'intérêt, la méchanceté et la haine. Comment se défendre, comment lutter quand on n'a pour arme qu'un idéal d'amour et de bonté. Les âmes fortes sont, dit-on, vivifiées par l'épreuve. Mais je n'ai pas l'âme forte car je suis écrasé. Et pourtant, j'avais la foi. J'ai cru que la Justice était autre chose qu'un grand mot. J'ai cru que la Charité et la Pitié étaient des grandes vertus humaines. J'ai cru que la vie était sacrée et qu'on pouvait donner la sienne pour le salut de celle des autres. J'ai souvent cueilli dans les yeux de mes malades les plus primitifs une expression de reconnaissance infinie, et j'ai cru qu'on pouvait trouver dans l'apaisement des souffrances de hautes félicités et la suprême récompense. Oui, j'ai cru à tout cela et j'ai souhaité de vouer ma vie entière aux autres, de faire le bien pour le bien et de mourir à la tâche.. Pourquoi m'a-t-on meurtri ? Pourquoi a-t-on anéanti les forces dont j'avais besoin pour continuer ma route ? J'ai peut-être pêché par manque d'humilité. J'ai accepté des hommages disproportionnés à mes mérites et qui revenaient en bonne justice à tous ceux qui m'ont aidé. Le succès m'a grisé et j'ai bu comme un niais à la coupe empoisonnée de l'orgueil et de la vanité. J'en suis cruellement puni et je suis incapable de l'effort qui pourrait peut-être me racheter »

 

Meurtri par l’affaire de Bafia, las de lutter contre ceux qu'il appelle les « cloportes de l'administration coloniale », Jamot fait valoir ses droits à la retraite en 1935. Il redevient le petit médecin de campagne qu'il était à ses débuts, dans son cabinet de Sardent qu'il avait quitté 25 ans auparavant. Eugène Jamot décède le 24 avril 1937 à Sardent, victime d'un accident vasculaire cérébral. Son corps fut transporté à Saint-Sulpice-les-Champs, où ses obsèques eurent lieu le 26 avril 1937, devant une foule très nombreuse. Sur sa tombe, figure cette plaque : « Les Médecins des Troupes Coloniales de la Mission de Prophylaxie de la Maladie du Sommeil au Cameroun (1926-1932) au Médecin Colonel Jamot qui fut leur chef vénéré ».

 

Quelle postérité pour Eugène Jamot ?

 

D’abord, il est un peu instrumentalisé, comme tous les médecins coloniaux pour mettre en exergue l’œuvre sanitaire de la France. Personne n’en conteste les résultats, mais cette idée de magnifier ne sert-elle pas de paravent aux aspects moins glorieux de la colonisation ? Ensuite, les méthodes utilisées par Jamot pour recenser, ficher, les malades sont loin de remplir l’exemplarité démocratique. Elles nous interrogent sur notre présent. On peut discuter des méthodes employées, mais les résultats sont là. C’est là, tout l'intérêt de la figure d'Eugène Jamot qui pose la question suivante : « Un État peut-il arriver à contrôler une épidémie par des moyens purement démocratiques ? » Bien entendu, sa méthode trouve une résonnance immédiatement contemporaine dans le « Dépister, isoler, tracer » !

 

Pour en savoir plus :

 

-       Jean-Paul Bado, Eugène Jamot 1879-1937. Le médecin de la maladie du sommeil ou trypanosomiase, Paris, Karthala, 2011, 

-       Thèse du Dr Marcel Bebey Eyidi, Le vainqueur de la maladie du sommeil - Le docteur Eugène Jamot (1879-1937), préface du docteur Louis Aujoulat, secrétaire d'État à la France d'outre-mer, 1950. 

-       Léon Lapeyssonnie, Moi, Jamot : le vainqueur de la maladie du sommeil, Bruxelles, 1987

 

Cliquez ici pour télécharger l'article
Auguste-Jammot.pdf

[1] Actuelle Centre-Afrique 

[2] Sel de sodium d’un dérivé de l’arsenic, traitant la maladie du sommeil et la syphilis.

[3] Le mot est du docteur Etienne Montestruc qui accompagna Jamot dans une partie de ses expéditions.


05/06/2021
1 Poster un commentaire

Tupaia : Le guide polynésien multi-étoilé de Cook.

https://static.blog4ever.com/2016/09/822431/tupaia-navigateur-polynesien-explorateur-mob.jpg

 

« La question de la Terre Australe ou du Continent Austral est l’une des plus vieilles énigmes qui se soient posées à la curiosité des hommes et à la sagacité des savants », explique le géographe Numa Broc. Depuis l’Antiquité, il existe une croyance en une terre immense située dans l’hémisphère Sud. Cette pensée est née chez les Grecs qui émettent l’hypothèse de l’Antichtone : il existe une masse de terre située dans l’hémisphère Sud pour équilibrer la planète. Tout ceci s’appuie sur l’idée d’une symétrie entre les deux hémisphères Nord et Sud. Cette croyance se prolonge au fil des siècles et revient au goût du jour avec les découvertes géographiques des XVIe et XVIIe siècles, qui accentuent le poids de cette idée. La découverte du continent américain renforçant l’idée d’une symétrie de l’Est vers l’Ouest, consolide celle d’un équilibre Nord et Sud. Cette croyance va perdurer jusqu’aux expéditions de Cook, qui démontrent l’impossibilité d’un continent austral tel qu’il était imaginé. Pourtant, ce n’était pas le but de son premier voyage. En effet, l’Amirauté britannique l’avait envoyé dans  l'océan Pacifique sud avec pour principales missions l'observation du transit de Vénus du 3 juin 1769 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Transit_de_Vénus). Cook revient de son voyage avec une carte détaillée des îles du Pacifique sud. Cette carte est le résultat de son association avec Tupaia, un Tahitien qui maniait la géographie grâce à sa connaissance des étoiles. 

 

Retour sur James Cook et ses expéditions. 

 

James Cook est né en 1728 à Morton, dans le Yorkshire, neuvième enfant d'un valet de ferme. Il commence par aider son père aux travaux agricole, puis un temps commis dans une mercerie. Il s'embarque comme mousse sur un caboteur charbonnier. Lorsque éclate la guerre de Sept Ans, il s'engage comme simple matelot sur un navire de guerre. Sa valeur, comme on dit dans le parler militaire, le fait remarquer par la hiérarchie. Il reçoit, à quarante ans, le commandement d'un vaisseau d'exploration pour aller observer une éclipse à Tahiti, sa carrière de découvreur commence : mais quel chemin parcouru déjà, pour cet homme dont le destin aurait dû être de récurer les étables ! Le 25 août 1768, James Cook, quitte l’Angleterre à bord de l’Endeavour. Il s’agit d’un trois-mâts carré du même type de ceux que Cook a déjà commandés, embarcation solide et idéale en termes de capacité de stockage ainsi que pour son faible tirant d'eau, qualité indispensable pour s'approcher des nombreux récifs et archipels du Pacifique. Après avoir passé le cap Horn, il débarque à Tahiti le 13 avril 1769, où il fait construire un petit fort et un observatoire en prévision du transit de Vénus. L’observation, dirigée par Charles Green, assistant du nouvel astronome royal Nevil Maskelyne, a pour but principal de recueillir des mesures permettant de déterminer avec davantage de précision la distance séparant Vénus du Soleil. Une fois cette donnée connue, il serait possible de déduire la distance des autres planètes, sur la base de leur orbite. Malheureusement, les trois mesures relevées varient bien plus que la marge d'erreur anticipée ne le prévoyait. Lorsque l'on compare ces mesures à celles effectuées au même instant en d’autres lieux, le résultat n'est pas aussi précis qu'espéré. Après trois mois d’escale, Cook décide de reprendre la navigation pour accomplir le reste de sa mission : l’exploration du Pacifique sud et la découverte du continent austral.

 

La rencontre avec Tupaia. 

 

Tupaia est né vers 1725, originaire de l’île de Raiatea. C’est un grand prêtre et surtout un grand navigateur, largement reconnu dans la communauté polynésienne. Poussé par le naturaliste Joseph Banks, le capitaine britannique prend Tupaia à bord de l’Endeavour afin qu’il l’aide dans sa mission. Cependant l’équipage s’interroge sur les capacités du Polynésien à les guider dans le grand océan, en le voyant embarquer sans rien avec lui.

En effet, le savoir maritime polynésien est un savoir mémorisé qui se transmet oralement depuis la nuit des temps. Il consiste en une technique d’observation très pointue des éléments en mer, elle-même s’appuyant sur une expérience, collective et individuelle, et une connaissance de l’océan dont la mémoire est celle des grands navigateurs. Tupaia est de ceux-là et à mesure que l’Endeavour s’éloigne de Tahiti et accoste les différentes îles de la Société, dûment pointées par le Polynésien, Cook et ses hommes sont obligés d’acquiescer devant la supériorité maritime de leur invité à bord. Tupaia est donc l’homme clef d’un périple qui mène l’Endeavour de Tahiti jusqu’en Nouvelle-Zélande, puis en Australie et jusqu’à Batavia (Djakarta), en Indonésie. Cook note que Tupaia lui a déjà énuméré le nom de plus de 70 îles, tout en attendant encore la certitude de leur position exacte. Huit mois plus tard, Tupaia a convaincu James Cook : il va inventorier les îles que Tupaia a mentionnées en les positionnant par rapport à Tahiti.  Il s’ensuit une liste de 74 îles à laquelle Cook ajoute:  « Cette liste a été dressée à partir de la carte des Iles dessinée de la main de Tupia, lui qui il y a peu nous avez listé près de 130 îles… ».

Alors que les connaissances géographiques, astronomiques et maritimes étaient traditionnellement enseignées aux seuls apprentis navigateurs polynésiens, Tupaia les partage avec le capitaine Cook. Il en résulte une carte intitulée « Carte des îles de la Société centrée sur Otaheite[1], Juillet‑Août 1769 ». On y distingue nettement Tahiti, Mehetia, Pukapuka, Savaii, Mauke, Hao et Rapa. L’étendue du savoir géographique de Tupaia est immense et couvre près du tiers de la surface du Pacifique : de Tonga, Samoa à l’ouest aux îles Marquises et Tuamotu à l’Est. Cependant, l’attribution même de cette carte à Tupaia est problématique, car il s’agit d’une carte dessinée de la main de Cook et l’original présumé, dessiné par Tupaia n’a jamais été retrouvée. Ce document associe deux systèmes de rapport au monde : les techniques non‑instrumentales de navigation des Polynésiens (notamment le compas des îles) et les sextants et boussoles anglaises. Cette dualité a longtemps empêché une lecture claire de la carte. « Formellement comparable à une carte occidentale avec points cardinaux, méridien, parallèle et contours des îles, son déchiffrage pose problème : certaines îles semblent mal positionnées, d’autres ne sont pas identifiées ».

La carte de Tupaia est en réalité constituée de compas des îles. À la différence des cartes marines occidentales, la position des îles y est relative (et non définie de manière absolue) au point central du compas : l’île ou la pirogue sur laquelle se trouve le navigateur. Ce document illustre donc en partie, une façon polynésienne de concevoir l’espace maritime et le déplacement en son sein : compte tenu de la rotation de la Terre, le ciel est en perpétuel mouvement au‑dessus et tout autour de la pirogue. Dans les représentations des marins polynésiens, leur embarcation devenait le centre d’une sorte de compas ou de boussole, divisé en secteurs, parfois appelés « maisons ». Chacun de ces secteurs, portant un nom, regroupait les informations concernant le passage du soleil, des étoiles (leur lever et leur coucher). Cet art de la navigation a perduré longtemps dans les archipels de la Micronésie, situés plus au nord et à l’ouest. Ces connaissances transmises jusqu’au XXe siècle montrent un rapport différent à la trajectoire, au mouvement : le point de référence étant la pirogue, c’est l’océan qui se déplace. Dans cette conception, les étoiles et les îles venaient à la rencontre des navigateurs.

 

La suite du voyage :

 

Après la traversée du Pacifique et la réalisation de la carte, l’Endeavour arrive en vue de la côte Nord-Est de l’île du Nord[2] le 8 octobre 1769. Les Britanniques débarquent le 9 octobre sur Aotearoa, le nom maori d’origine de l’île du nord de la Nouvelle-Zélande. Après un premier débarquement de quelques hommes, qui se voulait pacifique pour tisser les premiers liens, la situation tourne mal pour un Maori qui tentait de leur voler une de leurs deux embarcations. Après une seconde tentative quelques heures plus tard et cette fois en présence de Tupaia, James Cook note dans son Journal de bord : « Tupia parla aux naturels dans sa langue maternelle et ce fut une agréable surprise de trouver qu’ils se comprenaient parfaitement. »

Cette découverte permet d’établir le lien culturel et linguistique entre ces peuples établis sur des îles très éloignées depuis plusieurs siècles. Au-delà du rapprochement des communautés qui est dès lors avéré, James Cook va utiliser les talents de communication de Tupaia pour établir des relations cordiales avec les Maoris. Cependant, les choses ne sont pas toujours aisées, car selon les lieux les habitants ne sont pas tous favorables aux débarquements et des lieux leur sont interdits, en dépit des bons services de Tupaia qui essaie d’établir le lien.  La situation est donc variable et selon les endroits des deux îles, ils sont bien ou mal accueillis, peuvent descendre à terre et échanger ou doivent rester sur l’Endeavour et poursuivre leur route. Le 25 octobre, Joseph Banks note dans son Journal de bord une discussion entre Tupaia et un Maori à propos du cannibalisme qui semble-t-il le répugne. Il s’en fait expliquer les causes et on lui dit qu’on ne mange que les corps des guerriers vaincus. En six mois de navigation autour des îles, Cook cartographie précisément la côte de Nouvelle-Zélande. Banks et Solander récoltent de nombreuses plantes et recueillent souvent avec difficultés des informations sur les mœurs guerrières des Maoris : leurs tatouages, leurs chants de guerre, leur pratique de l'anthropophagie, la conservation des têtes tatouées de leurs ennemis gardées comme trophées de guerre. Une étude comparative de quelques mots parlés à Tahiti et en Nouvelle-Zélande permet de comprendre la parenté des langues polynésiennes. 

Après la Nouvelle-Zélande, et un détour par la Tasmanie, une partie du mois d’avril 1770 se passe en mer et le 28 avril, c’est la Nouvelle-Hollande (Australie) avec la découverte de Botany Bay. La déception de Tupaia est grande ainsi que celle de Cook et Banks, lorsqu’ils constatent que les Aborigènes et Tupaia ne se comprennent pas. C’est la fin du monde polynésien pour Tupaia.  Le 16 juin, Joseph Banks note que Tupaia est atteint du scorbut. Sa santé est dégradée, on observe des taches livides sur ses jambes, malgré les médicaments administrés habituellement dans ce cas-là par le chirurgien du bord. Il n’est pas le seul, Charles Green est aussi très malade. Le 11 juin, l’Endeavour échappe de peu à un naufrage. La perte totale du navire est évitée de justesse. Il faut ensuite le réparer durant plus d’un mois, ce qui permet à l’équipage et Tupaia de se refaire une santé avec quelques produits frais. 

En dépit du scorbut qui faisait des récidives sur ces corps malmenés par les privations, Tupaia et tout l’équipage accueillent l’arrivée à Batavia (actuellement Jakarta en Indonésie), comme une délivrance alors qu’en fait c’est le dernier port que beaucoup d’entre eux virent. Les premiers jours sont plaisants, mais la situation se dégrade très vite. Tupaia réclame de l’air car il suffoque à Batavia. Banks le conduit sur la petite île de Kuyper pour respirer mieux. Il décède le 26 janvier 1771, à l’âge de 25 ans. A leur retour en Angleterre en juillet 1771, on constate que le bilan de l’expédition est favorable, en dépit des nombreux décès dus aux maladies contractées à Batavia. Le passage de Vénus a été observé, la Terra Australis Incognita a été recherchée et les côtes de Tahiti, de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie orientale ont été cartographiées. La rencontre avec Tupaia demeure un grand moment de cette expédition et grâce à son embarquement à bord de l’Endeavour et aux journaux de bord qui ont relaté son voyage, il est entré dans l’Histoire. 

 

Pour en savoir plus :

 

Joan Druett (trad. de l'anglais par Henri Theureau et Luc Duflos), Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook, Tahiti, Éditions URA, 2015,

 

Cliquer ici pour télécharger l'article

 

Tupaia.pdf



[1] Tahiti. 

[2] Ile au nord de la Nouvelle Zélande


30/05/2021
0 Poster un commentaire