Du Polar et de l'Histoire : le blog de Pierre Mazet

Du Polar et de l'Histoire : le blog de Pierre Mazet

Les évadés d’Alcatraz.

https://static.blog4ever.com/2016/09/822431/1200px-Alcatraz_aerial.jpg

 

 

La petite île au large de San Francisco qui abrite l’une des plus célèbres prisons des États-Unis attire plus d’un million de visiteurs par an. «Et n’oubliez pas, ici vous êtes sous juridiction fédérale: vous ne pouvez pas fumer de cannabis!» A l’arrivée de chaque bateau sur l’île d’Alcatraz, un ranger s’égosille pour donner quelques indications aux flots de voyageurs qui se déversent sur « The Rock ». Ici, gît la plus célèbre prison des États-Unis, active entre 1933 et 1963. Celle dont on disait que personne ne pouvait s’échapper, même si elle ne se trouve qu’à deux kilomètres des quais de San Francisco et quelques miles du célèbre Golden Gate Bridge. Pourtant, dans la nuit du 11 juin 1962, Frank Morris et les frères Clarence Anglin et John Anglin prennent la fuite à bord d'un radeau de fortune après avoir creusé le mur de leur cellule. Malgré l'important dispositif pour les capturer, ils ne sont pas retrouvés. Les enquêteurs supposent qu'ils se sont noyés dans la baie de San Francisco. Malgré cette hypothèse, les trois fugitifs restent toujours recherchés par les autorités. Cette évasion a nourri séries et film dont le plus célèbre reste « L'Évadé d'Alcatraz » en 1979, en partie basé sur cette évasion. Frank Morris est interprété par Clint Eastwood. 

 

Comment Alcatraz est devenu « Alcatraz » ?

 

Alcatraz est une île située dans la baie de San Francisco, en Californie sur la côte Ouest des États-Unis. Elle se trouve à l'est du Golden Gate, un bras de mer qui relie la baie à l’océan Pacifique. L'île mesure environ 90 000 m2 soit neuf hectares. Les européens ne furent cependant pas les premiers à découvrir ce lieu atypique. Il était d’ores et déjà un lieu de chasse pour les tribus amérindiennes. Sa découverte européenne est néanmoins due à un officier de la marine espagnole : Juan Manuel de Ayala (1745 – 1797). Au cours de son exploration, il nomme l'une des trois îles de la baie « Alcatraces », qui fut par la suite anglicisé en « Alcatraz ». Officier de premier plan dans le cadre de l’exploration de la Californie pour les missions espagnoles, il fait partie des premiers européens à entrer dans la Baie de San Francisco le 5 août 1775. Les missions espagnoles de Californie, opérées au nom de la couronne d’Espagne provoquèrent le déplacement d’amérindiens. L’objectif de ces missions était double : agrandir les possessions espagnoles dans le Nouveau-Monde, évangéliser dans un sens catholique les peuples indigènes. L’île est donnée, en 1846, par le dernier gouverneur de la Haute-Californie Pio de Jesus Pico (1801 – 1894) à un certain Julian Workman, en échange de la construction d’un phare. L’île est vendue trois ans plus tard au gouvernement américain. Alcatraz devient le premier lieu de la côte Ouest à posséder un phare, construit en 1854. Sa légende commence. Ensuite, elle est achetée par le gouverneur militaire de Californie. Deux ans plus tard l’île fait l’objet d’un plan d’investissement important. L’objectif est d’y mettre en place une forteresse militaire, afin que les troupes américaines puissent bénéficier d’un point difficilement attaquable en cas de conflit, mais ça n’est pas l’unique but. En effet, au regard de la pression démographique provoquée par la ruée vers l’or en Californie, l‘objectif était de faire de ce lieu l’endroit « le mieux fortifié de la côte Ouest des États-Unis d’Amérique ». A ce titre l’île s’inscrit parfaitement dans l’histoire des États-Unis puisqu’elle accompagne par son développement celui des régions aux alentours.  L'armée comptait y installer une centaine de canons afin d'en faire le lieu le mieux fortifié de la côte Ouest des États-Unis. Avec le Fort Point et le Lime Point, Alcatraz formait un triangle de défense protégeant la baie de San Francisco. 

Alcatraz devient prison militaire 

 

L’île fut utilisée pour deux activités précises pendant la guerre civile américaine. Elle devint un arsenal pour la ville de San Francisco, puis servit pour la première fois de prison contre les personnes qui professaient un soutien aux confédérés. Les particularismes géographiques entourant l’île vont permettre progressivement d’accentuer son rôle de prison. Sa distance par rapport au continent, le fait qu’elle se trouve dans des eaux froides et les courants agités du détroit du Golden Gate font germer l’idée d’en faire une prison dont on ne pourrait s’échapper. La guerre terminée le rôle d’arsenal, autour duquel l’île s’était organisée, s’estompe. Progressivement et sous l’impulsion d’une série de nouveaux travaux, l’île devient une prison, d’abord militaire. La prison servit aussi contre des amérindiens luttant contre la politique d’assimilation mise en place par les autorités des États-Unis. L’année 1909 constitue la date officielle du départ des troupes américaines du fort afin de faire d’Alcatraz une prison militaire officielle. Une nouvelle série de travaux est opérée dans le cadre de la mise en place officielle des infrastructures de la prison. 600 cellules sont construites, une cuisine, une infirmerie, et des bureaux. Ces travaux se terminent en 1912. Alcatraz prend officiellement son second nom : The Rock. La première guerre mondiale provoque l’arrivée dans la prison d’objecteurs de conscience au rang desquels Philip Grosser, célèbre anarchiste américain qui mettra en profit sa captivité afin d’écrire un pamphlet sur les conditions de vie en prison nommé « Uncle Sam’s Devil’s Island », qualificatif identique à celui du bagne de la Guyane française. C’est la seconde étape de l’histoire de la prison qui en 1933 va accueillir des détenus civils.

 

La prison dont on ne s’évade pas.

 

En 1933, la propriété d'Alcatraz fut transférée au département de la Justice des États-Unis afin d'en céder l'usage au Bureau fédéral des prisons. La volonté du gouvernement américain dans cette période fut de faire de la prison d’Alcatraz un modèle. Sa sécurité devait permettre de démontrer au peuple américain que la hausse de la criminalité apparue dans les années 30 était traitée avec sérieux. A la prison d’Alcatraz, les détenus avaient quatre droits : être logés et nourris, obtenir l’habillement nécessaire et bénéficier d’une aide médicale. Tout le reste était considéré comme un privilège, y compris donc les visites, le fait de pouvoir correspondre et même le travail. La vie routinière monotone et réglée de la prison d’Alcatraz était conçue comme un moyen de discipliner et d’habituer les détenus à obéir et à respecter les règlements. Après un temps de probation, les détenus pouvaient éventuellement être renvoyés dans une autre prison. A Alcatraz, on comptait 1 gardien pour 3 détenus, contre 1 pour 12 à 30 pour les autres prisons. Les prisonniers étaient appelés par un matricule et non par leur nom, afin de les briser moralement. Si des prêtres ou pasteurs venaient périodiquement à Alcatraz, aucun psychologue, travailleur social ou professeur n’était inclus dans le personnel. En revanche, un membre de l’équipe médicale passait chaque jour dans le bâtiment des cellules à 12h 30 et chaque détenu pouvait alors aller le trouver pour consultation. Les familles des gardiens vivaient sur l’ile, mais les enfants allaient à l’école grâce à un ferry, dans la plus grande discrétion. Les écoles elles-mêmes devaient tenir au secret le fait que certains enfants étaient issus d’Alcatraz afin d’éviter les pressions. 

 

 

 

Prisonniers célèbres :

 

Al Capone arriva parmi les premiers à Alcatraz en août 1934. L’encadrement strict semble avoir eu un effet, puisque son comportement fut estimé comme suffisamment exemplaire pour qu’il soit autorisé à jouer du banjo. Il semble qu’il ait pourtant tenté de s’y affirmer comme leader et qu’il ait essayé d’obtenir des privilèges. De plus, l’on sait qu’il fut isolé pendant huit jours après s’être battu avec un autre détenu. Après quelques années, il commença à avoir un comportement particulier, parlant tout seul, se mettant accroupi ; il refusa même de quitter sa cellule donnant l’impression qu’il avait peur de rencontrer les autres détenus en récréation. Ses problèmes de santé lui permirent d’être transféré dès 1938 vers un autre établissement avant de mourir chez lui en 1947. Un autre détenu célèbre est Georges Kelly appelé aussi « Machine Gun », nom qui lui fut donné après que sa compagne lui ait offert une mitraillette et l’ait incité à s’en servir. Considéré comme l’« ennemi public numéro un », il est d’abord incarcéré à Leavenworth, dans le Kansas. Mais arrogant avec les agents pénitentiaires et se vantant à la presse qu’il arriverait à s’échapper, il fut transféré à Alcatraz en septembre 1934, soit quelques mois seulement après l’ouverture de la prison. Bien qu’il s’y vanta à plusieurs reprises de vols et de meurtres qu’il n’avait en réalité pas commis, il semble avoir acquis du remord. Et selon le témoignage d’un agent pénitentiaire, il fut plutôt un détenu modèle. Mais le détenu le plus célèbre a probablement été Robert Stroud, surnommé l’ « homme aux oiseaux » en raison des centaines d’oiseaux qu’il éleva durant sa détention à Alcatraz. Proxénète, il avait tué un barman qui n’aurait pas payé une prostituée qui travaillait pour lui. Envoyé dans un premier temps à la prison de l’île McNeil, il y manifesta un comportement violent, poignardant même un autre détenu. Transféré à la prison de Leavenworth, il poignarda à mort un agent pénitentiaire. Condamné à mort, sa mère obtint du président Wilson que sa peine soit commuée en réclusion à perpétuité, avant de passer dix-sept ans à Alcatraz.

 

Comment s’évader d’Alcatraz ?

 

Durant les 29 ans d'opération de la prison de 1934 à 1963, 36 détenus ont essayé de s'évader lors de 14 tentatives différentes. Sur ces 36 évadés, 23 furent rattrapés, six furent tués par balle et cinq se sont enfuis par la mer et ne furent jamais retrouvés (présumés noyés). Deux prisonniers furent exécutés dans une chambre à gaz de la prison d'État de San Quentin (Californie) pour leur rôle dans la mort d'un gardien durant leur tentative d'évasion d'Alcatraz du 2 au 4 mai 1946, ce que l'on appela plus tard la bataille d'Alcatraz. Officiellement, aucun détenu n'est jamais parvenu à s'évader totalement d'Alcatraz en rejoignant le continent. 

 

Pourtant, le 11 juin 1962.

 

L'évasion du 11 juin 1962 avait trois principaux protagonistes. Frank Morris était un multirécidiviste. A 36 ans, il avait un casier judiciaire long comme le bras, pour l'essentiel des cambriolages et des braquages, des condamnations pénales, dès ses 13 ans et il était surtout doté d'un QI hors norme de 133. Morris a été transféré à Alcatraz en 1960. Les deux complices de Morris étaient les frères John et Clarence Anglin, 32 et 31 ans. Les deux frères s'étaient spécialisés dans leurs jeunes années dans des braquages de banques ou de commerces. John et Clarence ont été incarcérés à Alcatraz respectivement en 1960 et en janvier 1961. Morris avait repéré que, juste derrière le mur du fond de leur cellule, se trouvait un couloir de service. À l'aide de cuillères et de différents ustensiles fauchés dans la prison, le trio a percé le mur de la cellule, derrière une grille de ventilation située juste en dessous de leur lavabo. Derrière le mur, un couloir de service très étroit de 91 cm de large. Durant six mois, les futurs évadés ont creusé le mur, cachant leur excavation et leurs élargissements en repositionnant la grille de ventilation. Dans le même temps, Morris et ses complices ont élaboré d'autres préparatifs. Ils ont fabriqué de fausses têtes peintes en papier mâché à glisser sous leur couverture pour feindre d'être toujours endormi. Et aussi confectionné un radeau de fortune en cousant ensemble une cinquantaine de vieux manteaux de pluie et de gilets de sauvetage d'après un schéma vu dans un magazine scientifique à la bibliothèque d'Alcatraz. La ruse des têtes en papier mâché va réussir pleinement : l'évasion ne sera découverte qu'au matin du 12 juin 1962. La police retrouvera plus tard des restes du radeau, mais aucun corps ne sera jamais repêché et le FBI conclura à une noyade du trio... tout en gardant les trois hommes dans ses listes de recherche. On n'a jamais su ce qu'il était advenu de Frank Morris et des frères Anglin. La famille Anglin a toutefois reçu d'étranges cartes de Noël en 2013 et quelques vieilles photos manifestement prises en Amérique du Sud où on a cru reconnaître John et Clarence... Le pénitencier d'Alcatraz a quoiqu'il en soit été fermé le 21 mars 1963, quelques mois à peine après cette évasion "impossible".

 

Que reste-t-il d’Alcatraz ?

 

Bien entendu, la prison a inspiré quantité de film et de romans. En 1972, le Congrès américain créa la Golden Gate National Recreation Area (« zone récréative nationale du Golden Gate ») dans lequel l'ensemble d'Alcatraz fut intégré. L'île d'Alcatraz fut classée sur le Registre national des lieux historiques en 1976, puis déclarée National Historic Landmarken 1986. Elle fut ouverte au public dès 1973 et devint rapidement un des lieux touristiques les plus fréquentés de San Francisco. Chaque année, plus d'un million de touristes visitent l'île et la prison d'Alcatraz. Ils peuvent notamment voir une collection d'objets retraçant la vie dans la forteresse du XIXe siècle et la prison du XXe siècle. 

 

Pour en savoir plus :

Pierre Odier, The Rock: a history of Alcatraz : the fort/the prison, 1982

 

En DVD : https://criminocorpus.hypotheses.org/78354

 

Cliquez ici pour télécharger l'article.

 

Les-e--vade--s-d.pdf



28/08/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres