Du Polar et de l'Histoire : le blog de Pierre Mazet

Du Polar et de l'Histoire : le blog de Pierre Mazet

Meurtres en clair-obscur : Episode 23

https://static.blog4ever.com/2016/09/822431/114662001.jpg

Episode  23 : les écarts de monsieur Dutilleul.

 

Le lendemain, dès l’aube, Laplume brûlait d’envie d’aller rendre visite aux époux Dutilleul. Mais, il s’était donné pour règle de ne pas empiéter sur les enquêtes de police. Aussi commença-t-il sa journée par un détour au commissariat. A son arrivée, on lui fit comprendre que Genet était occupé à un interrogatoire.  Emile comprit vite que c’était le couple d’épiciers qui était sur la sellette. En insistant un peu, il vit le commissaire venir à sa rencontre.

            - Monsieur Laplume, je m’attendais à vous voir. Le toubib m’a dit que vous lui aviez rendu visite. 

            - Notre affaire ne se simplifie pas. 

            - Non, j’ai convoqué les épiciers, si vous voulez assister à leur interrogatoire.

Dans le bureau de Genet, madame Dutilleul tremblotait, alors que son mari était tassé sur sa chaise tel un centenaire.  Genet prit la parole. 

            - Nous voici face à un dilemme. Les résultats de l’autopsie montrent que Ginette n’était pas enceinte, pas plus qu’elle n’a subi le charcutage d’une faiseuse d’ange. 

Le couple resta muet.

            - Vous nous devez des explications. Soit elle vous a menti, soit c’est vous qui nous avez raconté des salades. 

Madame Dutilleul répondit.

            - Je vous ai dit la vérité, commissaire. Je vous ai rapporté fidèlement ma conversation avec Ginette. 

            - Je veux bien vous croire, madame Dutilleul, mais dans quel but vous aurait-elle raconté des billevesées ? 

            - Je n’en sais rien, commissaire. 

            - Ecoutez, tous les deux. Vous mentez ou vous nous cachez des choses. Ginette ne comptait sûrement pas gagner votre estime ou se rendre intéressante à vos yeux en racontant pareilles sornettes.  

Le couple resta muet. Le commissaire haussa le ton.

            - Ma patience a des limites. Ginette ne vous a pas menti sans raison. Je crois que je vais vous garder quelque temps en cellule, pour vous permettre de réfléchir et vous ramener à la raison.

Le commissaire ouvrit la porte et appela deux brigadiers. Monsieur Dutilleul réagit enfin. 

            - Je vais tout vous expliquer, commissaire.

Sa femme tenta, en vain, de l’arrêter. 

            - Voilà, j’ai commis des imprudences avec Ginette. 

            - Elle était jeune, pimpante, vous vous êtes laissé tenter.

- Bien sûr, cette petite garce n’arrêtait pas de l’allumer, précisa madame Dutilleul. 

- Le manège a duré longtemps ?

- Des années, dit madame Dutilleul. Ils faisaient çà dans la remise. Ces deux crétins croyaient que je ne les entendais pas. 

- Alors ca ne dérangeait personne, crut bon d’ajouter le mari.

- Sauf que cette petite dinde a décidé de te faire chanter. 

L’épicier baissa la tête.

- Continuez, monsieur Dutilleul.

- Un jour, elle m’a dit qu’elle était enceinte.

- Ce pouvait être l’œuvre de son mari.

- Bien sûr, mais cette diablesse nous avait affirmé qu’il était impuissant.

- Donc, elle vous a fait chanter.

- Oui, elle menaçait de bavarder avec les clients au risque de ruiner votre réputation. 

- Donc, elle vous a monté ce bobard et vous étiez prêt à payer pour qu’elle aille voir une faiseuse d’anges.

- Oui.

- Ce n’est pas très reluisant. Vous étiez prêt à la faire charcuter pour sauver votre réputation. Vous savez ce qu’endurent ces femmes ?

Dutilleul baissa la tête. Sa femme répondit.

            - Cette vipère n’aurait eu que ce qu’elle méritait. Je suis sûre qu’elle piochait dans la caisse et que mon abruti de mari fermait les yeux. 

            - Elle vous a demandé beaucoup d’argent ?

            - Dix mille francs.

            - Et vous avez payé ?

            - Nous n’avions pas le choix.

Genet était partagé entre la colère et le dégoût. Il était prêt à les expulser avec fracas. Pour un peu, il aurait cherché tous les moyens pour faire fermer l’épicerie,  quand Laplume intervint.

            - Est-ce que vous savez si Ginette faisait partie d’une secte, ou si elle aurait pu participer à des cérémonies un peu spéciales ?

Madame Dutilleul répondit.

            - Elle avait sûrement noué un pacte avec le diable pour embobiner mon mari de la sorte.

L’épicier ne répondit rien. 

 

Cliquez ici pour télécharger l'épisode

 

 

E23.pdf

 

 

 



02/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres